LA RENTRÉE AVEC LACAN

La rentrée aux Temps Modernes, c'est 
samedi 8 septembre 
avec la reprise de notre atelier 
Lacan au miroir de la philosophie
préparé et animé par Pauline Prost
psychanalyste et philosophe.
Atelier gratuit et entrée libre pour tous un samedi par mois à 10h30.

Cette saison s'articulera autour du thème de la vérité:
La question de la vérité est en effet au cœur du débat contemporain : l’emprise croissante de la science déchaîne à son encontre un torrent de paroles en folie, où la rumeur, le soupçon, l’insolite, où même l’inouï, effacent la frontière du vrai et du faux, du réel, du possible et de l’impossible. Comment la psychanalyse, appuyée, avec Lacan sur la tradition philosophique, elle-même habitée par la quête du vrai, trouve-t-elle sa voie dans la ruine de toutes les certitudes ? Jusqu’où est-elle un chemin de vérité ? Et faut-il croire au message de l’Inconscient ?



ATELIER BUDÉ

Bourdieu, Lacan... depuis plusieurs années beaucoup d'entre vous assistent dans nos murs aux ateliers mensuels de vulgarisation que nous accueillons autour de thématiques, de disciplines ou d'auteurs. En cette rentrée 2018, voici une nouvelle proposition, aux mêmes conditions (un samedi matin par mois à 10h30, ouvert à tous et toutes, gratuitement sans inscription), celle de
l'Association Guillaume Budé 
qui vous propose une saison d'interventions autour des
Figures féminines de la mythologie : par-delà les clichés

Maintes héroïnes antiques, légendaires ou historiques, traversent les siècles de notre civilisation, dans des représentations multiples : mythologie, peinture, théâtre, littérature, musique, cinéma, etc. Cet atelier abordera des figures connues mais altérées par des croyances ou par des réutilisations successives et loin des modèles originaux. Cette première saison s'attachera donc à quelques noms de la mythologie gréco-latine, dans le panthéon des célébrités  divines ou mortelles, issues des grands mythes ou de l’épopée homérique. Il s’agira, chaque fois, de sortir des sentiers battus, afin qu’émerge une figure surprenante, enrichie de  dimensions nouvelles. Chaque thème sera abordé dans sa source antique, éclairé par des prolongements modernes et contemporains et nourri par les échanges avec l’auditoire.


Samedi 15 septembre 2018 à 10h30
nous vous invitons à la session introductive de cette saison,
avec présentation générale du projet et bibliographie

Puis nous vous attendons aux dates suivantes:
Samedi 13 octobre : Figures féminines dans la théogonie (Emilia N’Diaye)
Samedi 17 novembre : Hélène (Nicole Laval-Turpin)
Samedi 8 décembre : Pénélope (Nicole Laval-Turpin)
Samedi 12 janvier 2019 : Phèdre (Emilia N’Diaye)
Samedi 2 février : Médée (Emilia N’Diaye)
Samedi 2 mars : Andromède (Diane Marchand)
Samedi 27 avril : Électre (Catherine Malissard)

RENTRÉE LITTÉRAIRE


Samedi 15 septembre à 14h30
rencontre avec
Philippe Vasset 
autour de son livre
Une vie en l'air
paru chez Fayard


"C’est une ligne de béton tendue à dix mètres au-dessus de la Beauce, qui barre depuis toujours le paysage de son enfance. Elle devait servir de rampe à un véhicule révolutionnaire, un monorail propulsé à 430 kilomètres à l’heure sur coussins d’air : l’aérotrain, invention futuriste née de l’imagination de l’ingénieur Jean Bertin et conçu pour relier, à très grande vitesse, les centres urbains de la France pompidolienne. Si le projet fou de Bertin a fait long feu, cette ruine du futur, elle, est restée debout, absurde, au milieu des champs. Enfant, puis adolescent, le narrateur a fait de ce môle abandonné un domaine, passant des heures, des jours entiers à scruter le paysage comme s’il s’agissait d’un diorama, à observer la vie alentour et les allées et venues en contrebas. Jamais il n’est descendu de ce perchoir. Cette existence suspendue s’est poursuivie pendant trente ans, en parallèle à la vie réelle. Le paysage a changé, le rail aérien s’est effondré en plusieurs endroits mais le narrateur a continué d’habiter la jetée, songeant même à l’acquérir, et à en déclarer l’indépendance. Que faire de la hantise ? Comment vivre habité ? L’écriture peut-elle ressaisir un lieu, et faire d’une retraite un monument ?"

Philippe Vasset est né en 1972 à Tours et a grandi à Orléans. Il commence à  écrire très jeune, publie très tôt ses premières nouvelles et obtient en 1993 le prix du Jeune Écrivain organisé par Le Monde. Il publie ensuite plus d'une dizaine de livres, principalement romans et récits, dont par exemple Un livre blanc, paru en 2007 chez Fayard: il explorait carte en main,en géographe, les zones blanches de la région parisienne, ces espaces "vides" non répertoriés par les cartographe, comme oubliés par l'IGN. Une vie en l'air qui parait aujourd'hui évoque cette cicatrice patrimoniale bien connue des loirétains, pour lui un lieu originel : les restes de l'aérotrain de Jean Bertin qui s'étendent sur 18 kilomètres dans la campagne française quasi à l'abri des regards, cette "ruine du futur" qui le hante et l'habite depuis sa jeunesse.  

PREMIER ROMAN


Samedi 29 septembre à 17h
rencontre avec 
Jonathan Baranger
autour de son roman
Chokolov City
 paru chez Champ Vallon

la rencontre sera animée par 
Jean-Benoît Puech


Jonathan Baranger est né en 1980 à Orléans, où il a grandi et où il demeure. Il enseigne le français dans le Loiret. Il écrit de la fiction depuis dix ans. Chokolov City est son premier texte publié.


"Qui se souvient des Bulgares de New York ?Leur présence en Amérique fut restreinte, mesurée, typique du génie de ce peuple confidentiel. Ainsi il ne se trouva personne pour pleurer l’amour malheureux qui unit l’actrice Elaine Chokolov au pâle Bogdan Oblanov, personne non plus pour étudier l’étonnante genèse du talent littéraire de Dean Grosslick. On ne sait toujours rien des conspirations de la camériste Feya Grubev, pas plus qu’on ne fit l’effort de comprendre et de louer le sens du devoir inégalé de Granville Kling. Nul ne tenta d’élucider le mal mystérieux qui égara la raison de Cornell Morris, et le monde entier s’appliqua à ignorer le destin fantomatique et pourtant fondamental de Jon Khalov, l’homme au beau visage."  Chokolov City est un roman composé de six chapitres qui retracent le destin d’une communauté imaginaire de Bulgares à New York, des années 1900 aux années 1960. Ces Bulgares doivent très peu aux Bulgares réels, pas plus que le cadre ne prétend restituer le véritable New York. Parce que Chokolov City se réclame d’une autre authenticité, celle du fantasme désuet de la grande ville américaine moderne, tel que la comédie classique hollywoodienne l’a façonné. Dans ce New York de studio, produit par la MGM, dirigé par George Cukor, vit et meurt un peuple poli, élégant et raffiné, sans doute trop parfait pour jamais exister.

LE GRAND PRIX DES PETITS

A voté!!
Comme tous les ans, dans le cadre de notre Grand prix des Petits, nous avons fait lire et voter les  élèves des écoles maternelles Flora Tristan et Jacques Prévert. 
Une sélection d'albums leur a été soumise et a fait l'objet de bien des débats, de beaucoup d'enthousiasme, puis d'un vote, qui couronne cette année 2 très beaux albums:



Victoire par KO du roi des animaux!

Merci à tous les enfants, aux maîtres et aux maitresses
 qui comme toujours ont oeuvré avec talent