MARIE-HELENE LAFON


Mercredi 8 novembre à 18h30 
rencontre avec
Marie-Hélène Lafon
autour de
Nos vies
paru chez Buchet Chastel

« J’ai l’oeil, je n’oublie à peu près rien, ce que j’ai oublié, je l’invente. J’ai toujours fait ça, comme ça, c’était mon rôle dans la famille, jusqu’à la mort de grand-mère Lucie, la vraie mort, la seconde. Elle ne voulait personne d’autre pour lui raconter, elle disait qu’avec moi elle voyait mieux qu’avant son attaque. » Le Franprix de la rue du Rendez-Vous, à Paris. Une femme, que l’on devine solitaire, regarde et imagine. Gordana, la caissière. L’homme encore jeune qui s’obstine à venir chaque vendredi matin... Silencieusement elle dévide l’écheveau de ces vies ordinaires. Et remonte le fil de sa propre histoire. 
Nos vies est le nouveau roman de Marie-Hélène Lafon. Il aurait pour sujet la ville et ses solitudes.


Marie-Hélène Lafon est née dans le Cantal en 1962. Depuis 1980 elle vit à Paris où elle enseigne les lettres classiques. Ses romans (Le soir du chien, L'Annonce, Joseph...) ont paru chez Buchet Chastel. Elle a obtenu le Goncourt de la nouvelle en 2016 pour Histoires.

GENEVIÈVE BRISAC

Mercredi 15 novembre à 17h
au Bouillon
le cercle Jean Zay  et l'université d'Orléans vous invitent à une rencontre avec
Geneviève Brisac


Geneviève Brisac a enseigné en Seine-Saint-Denis, avant de publier ses premiers livres aux éditions Gallimard. Elle a rejoint les éditions de l'Olivier en 1994, avec Petite, dans lequel elle évoque son adolescence marquée par une longue période d'anorexie. Son roman Week-end de chasse à la mère a obtenu le prix Femina en 1996. Geneviève Brisac est l’auteure de plus de dix autres romans et essais, tel Vies de ma voisine (Grasset, 2017) ou Dans les yeux des autres (l'Olivier, 2014), roman politique autour de mai 68 et du destin de deux soeurs militantes, dont il sera plus particulièrement question lors de cette rencontre. Geneviève brisac est également éditrice pour la jeunesse à l'école des Loisirs, et l’auteur de pièces de théâtre et de scénarios de film.
La rencontre sera animée par Aude Bonord, Maître de conférences en littérature contemporaine.
Entrée libre dans la limite des places disponibles. réservation possible au 02 38 49 24 24 ou par mail.

JEAN-MARIE BLAS DE ROBLÈS

Résultat de recherche d'images pour "blas de robles epaisseur chair"
Samedi 18 novembre à 15 h
à la Médiathèque d'Orléans
rencontre avec
Jean-Marie Blas de Roblès 
autour de son nouveau roman
Dans l'épaisseur de la chair
paru aux éditions Zulma

« C’est l’histoire de ce qui se passe dans l’esprit d’un homme. Ou le roman vrai de Manuel Cortès, rêvé par son fils... Manuel Cortès dont la vie pourrait se résumer ainsi : fils d’immigrés espagnols tenant bistrot dans la ville de garnison de Sidi-Bel-Abbès, en Algérie, devenu chirurgien, engagé volontaire aux côtés des Alliés en 1942… Et puis il y a tous ces petits faits vrais de la mythologie familiale, les rituels du pêcheur solitaire, les heures terribles du départ dans l’urgence, et celles, non moins douloureuses, de l’arrivée sur l’autre rive de la Méditerranée. Dans l’épaisseur de la chair est un roman ambitieux, émouvant, admirable – et qui nous dévoile tout un pan de l’histoire de l’Algérie. Une histoire vue par le prisme de l’amour d’un fils pour son père. »

Né en 1954 à Sidi-Bel-Abbès, Jean-Marie Blas de Roblès est notamment l’auteur de Là où les tigres sont chez eux (Prix Médicis 2008) et, plus récemment, du très remarqué L’Île du Point Némo. Dans l’épaisseur de la chair est le magnifique hommage d’un fils à son père, un roman passionnant, brillant, parfois drôle, qui interroge l’Histoire autant que la fiction, dans un jeu de miroir et de mémoire.

JULIE WOLKENSTEIN

Vendredi 24 novembre
à 18h30
rencontre avec
Julie Wolkenstein
pour son roman
Les Vacances
paru chez P.O.L



Automne 1952 : dans un château délabré de l’Eure, Éric Rohmer tourne Les Petites Filles modèles. C’est son premier long-métrage. Presque achevé, jamais sorti au cinéma, il a disparu. Ceci est avéré et vérifié. Nul ne sait ce qu’est devenu ce film. A-t-il été perdu, volé, détruit par Rohmer qui n’en aurait pas été satisfait ?
Printemps 2016 : Sophie, une prof d’université à la retraite spécialiste de la comtesse de Ségur, et Paul, un jeune homme qui consacre sa thèse à des films introuvables, traversent ensemble la Normandie à la recherche de traces, de témoins, d’explications : par exemple, Joseph Kéké, l’étudiant béninois qui a produit le film, a-t-il vraiment cassé une dent à une strip-teaseuse poétesse ? À quoi servent les châteaux en ruines ? Quel rapport entre la comtesse de Ségur, Éric Rohmer et le cinéma érotique des années 1970 ?


Fille de l’académicien Bertrand Poirot-Delpech, Julie Wolkenstein, née à Paris en 1968, est professeur de littérature comparée à l’université de Caen. Outre ses essais sur Henry James dont elle est spécialiste, Julie Wolkenstein est l’auteur de plusieurs romans, parmi lesquels Adèle et moi, ou L'Excuse, et de traductions, tous parus chez P.O.L. Les vacances est son 8ème livre, et est en lice pour le grand prix de l’Académie Française et pour le prix Renaudot.

JAKUTA ALIKAVAZOVIC


Samedi 25 novembre à 15 heures

à la Médiathèque de saint-Jean de la Ruelle
rencontre avec 
Jakuta Alikavazovic 
autour de son très beau roman
L'avancée de la nuit
(éditions de l'Olivier)


«Mais à l’hôtel il en va autrement, l’hôtel est le lieu de leur intimité, celui où ils se regardent, où ils s’approchent, farouches et fiers, jusqu’à sentir rayonner la chaleur de l’autre, de sa peau, avant même de l’avoir touchée. Avant même de l’avoir vue, cette peau qui n’attend que la caresse.»

Paul, étudiant et gardien d’hôtel, est fasciné par Amélia, l’occupante de la chambre 313. Tout chez elle est un mystère, ses allées et venues comme les rumeurs qui l’entourent. Lorsque Amélia disparaît, Paul ignore qu’elle s’est rendue à Sarajevo, à la recherche de sa mère, d’un pan inconnu de son histoire – et de la nôtre : celle de la dernière guerre civile qui a déchiré l’Europe.
Dans ce roman incandescent, Jakuta Alikavazovic évoque ce qui est perdu et ce qui peut encore être sauvé.
Jakuta Alikavazovic est née en 1979 à Paris. Ancienne élève de l'École normale supérieure de Cachan, elle a séjourné aux États-Unis, en Écosse et en Italie. Elle a participé au projet "5 mn avant l'aube", performance réalisée au jardin des Doms pendant l'édition 2006 du festival d'Avignon. Son premier livre, un recueil de nouvelles intitulé Histoires contre nature, obtient en 2007 la Bourse écrivain de la Fondation Lagardère. La même année elle publie Corps volatils, couronné par le prix Goncourt du Premier Roman en 2008. Elle reçoit en 2012 la mention spéciale du prix Wepler pour La Blonde et le Bunker. Elle écrit par ailleurs des livres pour la jeunesse publiés à l'École des loisirs.

ATELIERS LACAN

 L'évènement Lacan: subversion des Discours
On doit toujours penser contre soi-même: ainsi Lacan, s'opposant à Kierkegaard, auteur du "Concept d'angoisse", déclarait: "Entre le concept et l'angoisse, il faut choisir". Mais il n'a, pas plus que Kierkegaard ,voulu, ni pu, choisir. Il n'a cessé au contraire d'inscrire la douleur d'exister, qui rassemble toute la clinique, dans des coordonnées théoriques où il ne pouvait échapper au débat avec les philosophes, aux prises, depuis toujours avec l'inquiétante étrangeté de l'expérience humaine. Entre le "Je pense" de Descartes, et le "Ca pense" de Freud, que s'est-il passé dans le champ de la culture, quelle relève apporte la Psychanalyse dans la tradition des Lumières?
C'est ce chemin que nous parcourons, d'année en année, lors de ces rendez-vous initiés et menés une fois par mois par Pauline Prost le samedi, de 10h30 à midi.  
Voici les premières dates de cette sixième saison :
samedi 14 octobre
samedi 18 novembre
samedi 9 décembre

FORTISSIMO

Abonnements Fortissimo





Pour s'abonner à la 17ème saison Fortissimo de concerts de musique de chambre, c'est aux Temps Modernes qu'il faut s'adresser: règlement par chèque ou espèces exclusivement, programme consultable ici en ligne, ou chez nous. Il reste encore quelques places pour cette très belle saison qui commence.